Press

Press

See all press

L'Echo du Nord, Montreal Newspaper

L’Écho du Nord – 15 Mai 2014

Patrick Thibault suit les chemins où le mène sa basse

Par Frédérique David

Saint-Jérôme – Le Jérômien Patrick Thibault n’aurait jamais pensé, il y a quelques années, mener une carrière professionnelle de bassiste à Dubaï. Loin des Laurentides de son enfance, le musicien se produit devant des auditoires de 50 000 personnes avec le groupe prometteur The Boxtones.

« J’ai fait mes premiers pas musicaux avec l’inévitable flûte à bec à l’école primaire Val-des-Monts à Prévost pour ensuite passer au piano à l'école secondaire Frenette à Saint-Jérôme, raconte Patrick Thibault. Mais c'est lors d'un "jam" de sous-sol que j'ai touché une basse pour la première fois. »

Peu motivé par ses études en programmation informatique au Cégep de Saint-Jérôme, Patrick forme un groupe avec l'auteur-compositeur-interprète Mathieu Gaudet, puis se joint au groupe punk Blainvillois The Rotten Heads avant de compléter un DEC en musique et chanson au Collège Lionel-Groulx. Le jeune musicien multiplie alors les spectacles au sein de différents groupes professionnels, notamment Louksaï, qui s'est rendu en finale des Francouvertes 2007.

Une rencontre déterminante

À compter de 2010, Patrick Thibault accepte différents contrats outre-mer avec des groupes de reprises, notamment dans des hôtels de luxe à Dubaï. C'est là, au printemps 2012, qu'il rencontre Gary Tierney, chanteur, guitariste et directeur du groupe The Boxtones, établi à Dubaï, ainsi que Louise Peel, sa fiancée, et Gill, sa soeur, respectivement chanteuse et batteuse du groupe. « Je suis le seul francophone et Québécois de la formation, mentionne le bassiste. Will, le claviériste, vient de Winnipeg. Les autres membres du groupe sont Écossais. »

Pour Patrick Thibault, s'établir à Dubaï était une décision stratégique. « Le marché du Québec est sursaturé, confie-t'il. J'étais très actif et pourtant, j'avais un revenu misérable. En m'expatriant, il me devenait possible de jouer quotidiennement et de rembourser mes dettes d'études. »

Découvertes culturelle

Le musicien parle avec enthousiasme de sa vie en terre musulmane. « Ma relation avec les Émiratis et avec d'autres musulmans d'Égypte, de Syrie et de Jordanie a complètement changé ma vision de l'Islam, confie-t-il. Il ne faut pas croire que tous les musulmans correspondent à la mauvaise presse dont son responsables les extrémistes. » Son seul regret: ne pouvoir revenir au Québec plus souvent! « J'ai parfois le blues du pays, admet-il. Je trouve difficile d'attendre si longtemps avant de revoir ma famille! »

Le musicien espère toutefois que The Boxtones pourra bientôt entreprendre une tournée au Canada. Le groupe a lancé en janvier son premier album de chansons originales, « In The Pockets Of Clowns », disponible sur iTunes et bientôt chez les disquaires. « Nous avons remporté, devant 2000 artistes du Moyen-Orient, le premier prix au concours Street to Stage de Rolling Stone magazine Middle East. » Depuis, The Boxtones multiplie les succès et les apparitions publiques lors de prestigieux événements.

À quelques semaines du ramadan, Patrick Thibault se réjouit de ce congé forcé. « Chaque année, lors du ramadan, je reviens faire un tour dans ma famille à Saint-Jérôme. Je constate que la qualité de vie s'y améliore d'année en année. Le centre-ville est méconnaissable! »